Bivouac au col du Bovinant, direction le Grand Som

Une randonnée technique et vertigineuse, accompagnés par les moutons en alpage.
Voir le topo interactif

Jour 1 : Col du Bovinant par le Col du Fret et ses 120 lacets

Aujourd’hui, nous entamons notre dernier bivouac de la saison, les jours commencent à raccourcir, le temps commence à être capricieux en Isère ! Nous choisissons un grand classique de la Chartreuse que nous n’avions jamais gravi, le Grand Som.

Il existe de nombreux itinéraires sur le Grand Som, et je pense que nous avons choisi l’un des plus difficile, de par son dénivelé et sa technicité, surtout à la descente.

Nous débutons au parking des Reys, la première heure se déroule en forêt. La pente est assez raide mais constante (elle le sera jusqu’au col, 700m plus haut).

Nous arrivons dans une clairière magnifique, vierge, qui fait énormément penser aux photos de parcs nationaux américains.

C’est ici que démarrent les “120 lacets du Col du Fret”. Nous quittons donc la forêt pour un chemin plus pierreux et vertigineux, mais qui reste accessible.

La vue étant dégagée, nous pouvons profiter des sommets alentours !

Un chamois nous surveille, immobile, bien à l’abri du danger en haut de son rocher.
Nous n’avons pas compté s’il y avait bien 120 lacets, mais nous allons leur faire confiance.
L’étau se resserre, les lacets raccourcissent, l’inclinaison augmente, nous arrivons bientôt…
Un rayon de soleil , c’est le col !

Le col du Fret, enfin 🙂 Nous apercevons le Col du Bovinant, que nous allons rejoindre pour y installer notre tente.

Au Col du Bovinant, il est possible de descendre pour retrouver le Habert du Bovinant où une source d’eau coule. Nous apercevons deux tentes déjà plantées, nous préférons alors rester sur l’itinéraire en amont pour trouver un replat.

Nous avons trouvé notre spot, la vue est sympa 🙂
Ce n’est sûrement pas visible sur les photos, mais certains des “rochers” sur le versant ombragé sont en fait des moutons. Leurs cloches et bêlements s’entendant dans toute la vallée jusqu’au coucher du soleil.
Nous apercevons d’ici un bout du lac du Bourget.

Jour 2 : Le Grand Som par le Sentier des Moutons

Il nous reste 300 m de dénivelés avant d’arriver au sommet du Grand Som.

Arrivés en haut, le Petit Som se dévoile, ainsi que le nord Isère et sa planitude étonnante.

Ah au fait, que trouvons-nous sur le sentier des moutons ?

Des moutons, la réponse c’est : des moutons.
Ils sont bien là !
Pardon de vous déranger…

Nous atteignons la crête au soleil sans croiser de patous (ouf), il ne reste plus qu’un kilomètre avant le sommet. La vue est magique.

Nous y voilà, le sommet offre un panorama impressionnant sur l’intégralité de la Chartreuse, nous pouvons même y voir le Monastère du dessus.

Le monastère est bien caché !
Les deux tables d’orientation sont très originales !
Chamechaude, très imposante.

Après notre goûter, nous entamons la descente.

L’itinéraire que nous empruntons jusqu’au Col des Aures est apparemment beaucoup plus emprunté à la montée, et ce n’est pas pour rien. Extrêmement étroit et vertigineux, il descend à travers la falaise. Nous faisons plusieurs arrêts pour laisser passer des groupes.

Ouf, nous arrivons au Col des Aures, c’était technique !

À partir d’ici, le sentier est difficile à voir, il faut se diriger vers le gauche. À première vue, il s’agit d’un “coin pipi”, mais c’est bien notre chemin qui s’enfonce dans la forêt.

Très sympa, mais un peu long, certains passages passent par des zones humides, prévoyez les chaussures étanches ! Aussi, regardez bien le topo en début d’article, le sentier tourne à gauche à un moment et l’intersection est très difficile à voir (un cairn minuscule marque le carrefour). Nous retrouvons ensuite le chemin de l’aller, au niveau du panneau “Col du Fret 120 lacets”.

Ainsi se termine notre dernière rando-bivouac de l’année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *