Deux jours sur les Hauts Plateaux du Vercors

Le bivouac parfait pour admirer le Mont Aiguille ! Découvrez avec nous cette réserve naturelle façonnée par le pastoralisme depuis des siècles.
Voir le topo interactif

De Chichilianne à la Montagnette par le Pas de l’Essaure

Notre parking se situe au centre du village de Chichilianne. Nous avons déjà une belle vue sur le Mont Aiguille. De nombreux panneaux indiquent les différentes randonnées, nous prenons la direction du Pas de l’Essaure !

 
 

Nous avons acheté une gourde filtrante pour boire l’eau des sources, rivières et lacs de montagne, cela nous permet d’alléger nos sacs et d’être autonome avec l’eau. Avant de partir, j’ai repéré les sources sur notre itinéraire, cependant la canicule, vous allez voir, ne nous facilitera pas la tâche !

Tous les ruisseaux indiqués sur la carte lors de la montée sont à sec, nous comptons bien trouver de l’eau une fois sur le plateau, sinon, il faudra improviser et oublier la nuit en tente :O

La pente est agréable, à l’abri du soleil dans les arbres !

En sortant de la forêt, un panneau indique que nous entrons dans le parc naturel et que les chemins ne sont plus balisés, volontairement. Nous ne comprenons pas encore le sens de ce panneau.

Quelques virages après, nous arrivons au Pas de l’Essaure, signalé par un beau cairn. Nous découvrons une immense étendue d’herbe, surmontée de quelques falaises rocheuses, et agrémentée de quelques conifères.

À notre approche, nous voyons les marmottes se réfugier dans leurs terriers, les cloches de vaches se font entendre sur tout le plateau.

La Montagnette !

Changement de plan, nous n’irons pas sur la Montagnette

Notre objectif du jour était de contourner la Montagnette par le sud, pour monter sur son flan ouest, et enfin rejoindre la crête côté Mont Aiguille pour le bivouac.

Les choses ne se sont pas passées comme ça ! N’ayant plus qu’un litre d’eau pour deux, en plein soleil, nous avons donc priorisé la recherche de la source en dessous de la Montagnette, côté Est. De plus, nous étions partis un peu tard et ne voulions pas rater le coucher de soleil !

Une cabane de berger.
Vous comprenez maintenant le “non balisage” des chemins ? Il n’y a tout simplement pas de chemin 🙂

J’ai eu un problème d’appli GPS, nous naviguions avec une carte sans courbe de niveau, difficile de se repérer ! Mais nous trouvons enfin la source : une trappe métallique dépasse du sol, un filet d’eau se fait entendre, va-t-on pouvoir remplir notre gourde ?

“Euh… y’a pas d’eau… mais on dirait qu’il y a une deuxième trappe en pierre.”

Après avoir déplacé la dalle, un léger filet coule, il va falloir tendre le bras !

Toujours une corde dans mon sac, je l’utilise pour porter la gourde, 3kg à bout de bras pendant plusieurs minutes, c’est pas simple.

Nous reconfirmons notre idée, nous n’irons pas sur la Montagnette, direction la falaise. Nous nous frayons un chemin au droit, ce qui n’était pas le choix le plus plat !

Au droit, c’était assez vallonné.
Parfait, nous bivouaquerons ici !

Le lieu est magnifique, la falaise est impressionnante, et, il faut l’avouer, un peu effrayante. Les chocards à bec jaune y logent pour la nuit.

Nous repartons sur notre recette favorite, la coquiflette 🙂

La chaine du Dévoluy en fond.

Le soleil se couche, nous passerons la soirée à admirer la vue, déguster notre repas, écouter les chocards faire tomber des cailloux de la falaise des Arches…

Jour 2 : Réveil en face du Mont Aiguille

L’atmosphère s’éclaircit, je saute de la tente pour lancer un timelapse ! Le voici :

Et quelques photos pour l’accompagner.

Changement de plan matinal : direction la Montagnette !

Pendant le petit déjeuner, nous décidons de finalement monter sur la Montagnette, même si cela nous fait faire un sacré détour; nous avons toute la journée pour revenir à Chichilianne.

Nous irons ensuite sur la Tête Chevalière ce midi pour manger. Mais d’abord, première étape : Trouver une source non loin de notre campement, en contrebas.

Elle est plus simple à trouver que celle d’hier car elle longe le “chemin” (formé par les marcheurs et les vaches). Un tuyau sors de la terre, le débit est très faible, mais nous patientons 5 minutes pour remplir nos 3 litres.

Cette fois, nous contournons les reliefs par l’ouest, pour atteindre la face ouest de la Montagnette. La montée se fait tranquillement en zigzag, et nous arrivons vite.

Depuis le sommet, nous apercevons l’imposante bergerie en contrebas.

De la Montagnette à la Tête Chevalière

Après un petit goûter bien mérité, nous repartons sur nos pas, ou du moins nous essayons… Nous avons fait un détour assez conséquent. Pas grave, j’aperçois la source de ce matin au loin et nous traversons au droit pour la retrouver et remplir à nouveau notre gourde avant de continuer.

Le détour de la Montagnette nous aura pris deux petites heures.

De retour au dessus de la falaise des Arches.

Avant d’arriver au sommet de la Tête Chevalière, nous apercevons un plateau avec un réservoir d’eau, autour duquel de nombreuses traces d’animaux  témoignent de leurs allers et venues.

C’est ici que nous décidons de manger, à l’abri des arbres, au bord de la falaise. C’est la vue la plus directe sur le Mont Aiguille que nous ayons trouvé sur ce parcours.

Autant prendre son temps et se faire plaisir !

Une petite sieste, et c’est reparti !

Une fois au sommet de la Tête Chevalière, nous nous perdons un peu en essayant de descendre là où nous pouvons en suivant la crête vers l’ouest. Cela n’en fini pas, et nous ne retrouvons pas tout de suite le chemin du Pas de l’Aiguille. Après quelques temps, tout fini par rentrer dans l’ordre, et nous pouvons entamer la descente “officielle”

Le Mont Aiguille semble s’affiner à mesure que nous le contournons

Arrivés au Pas de l’Aiguille, nous découvrons deux jolis refuges (dont une yourte en bois, original). Une source coule ici, et les marmottes, habituées aux randonneurs, sont moins farouche.

Le débit, c’est toujours pas ça…

Un monument commémoratif dédié aux maquisards du Vercors est érigé au niveau du Pas de l’Aiguille. Les résistants postés ici, en sous nombre, ne s’attendaient pas à voir débarquer les allemands par les crêtes. Résultats, les quelques survivants se réfugient dans une grotte à proximité et luttent pour leur vie pendant 3 jours, sous les grenades allemandes, avant de s’échapper.

La fameuse grotte.

Du Pas de l’Aiguille à Chichilianne

C’est parti pour la descente. Attention, le chemin du Pas de l’Aiguille est extrêmement glissant en descente, il est composé de petits cailloux et la pente est raide.

Je range mon appareil photo par précaution.

Le Mont Aiguille est plus “fin” de ce côté-ci.

Une fois arrivé à un parking, où de nombreuses personnes débutent la randonnée, il reste 7km sur du plat avant d’atteindre Chichilianne.

Nous nous retournons pour une dernière photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *