Saiho-ji, le temple des mousses ou l’authenticité perdue

Un temple et son jardin magnifique tapis de mousses de toutes sortes.

Le Saiho-ji, à Kyoto abrite pas moins de 120 espèces de mousses dans son jardin zen, d’où son petit surnom de Temple des Mousses. L’accès est limité, et pour y entrer, il vous faudra envoyer un courrier manuscrit pour vous voir attribuer une date et un créneau de visite par retour de courrier. Comptez 3000 Yens (soit ~25 €) par personne, tarif qui comprend une cérémonie d’ouverture durant laquelle tout les visiteurs copient un sutra bouddhiste à la plume dans le temple, puis la visite libre du jardin pendant 1h30.

Nous pouvons d’ailleurs lire sur le site officiel :

Limiter les visites a permis de garder l’authenticité du Saiho-ji en tant que temple Zen, c’est-à-dire un lieu de pratique religieuse où les visiteurs jouissent d’une atmosphère paisible pour la prière ou la méditation – plutôt qu’un temple commercial.

Notre créneau : 19 juin 2019 – 10h

C’est à notre grand étonnement que nous constatons que notre groupe se constitue d’environ cent cinquante personnes ! Un nombre quelque peu excessif pour visiter un jardin zen “authentique” à l’accès limité.

Les photos sont interdites à l’intérieur du temple. Après une courte cérémonie, des feuilles sont distribuées à chaque visiteur, sur lesquelles chacun doit recopier un Sutra, une mise par écrit des enseignements du Bouddha (tout ça en Japonais bien sûr). Cette cérémonie nous plonge dans une ambiance paisible, tout le monde s’applique à écrire, dans un silence de plomb. Malheureusement, quand vous êtes un étranger qui ne comprend pas le Japonais, tout ceci manque d’explication, ni la signification du texte recopié, ni la manière de calligraphier proprement, ni le sens de la cérémonie ne sont expliqués, malgré les nombreux étrangers qui participent à la visite. Assez étrange lorsque l’on s’attendait à une visite intimiste et différente de la visite d’autres temples et jardins de Kyoto.

Camille en profite pour acquérir un nouveau goshuin, sur deux pages cette fois !

Mais passons maintenant à la visite du jardin, qui se veut authentique et paisible :

Difficile dans un premier temps d’apprécier le moment, quand 150 personnes se partagent un chemin d’1m50 de large, à la queue-leu-leu afin de prendre son cliché. Comme nous avons une heure et demie devant nous et que le jardin peut se traverser en cinq minutes, nous décidons d’attendre une vingtaine de minutes afin de laisser passer tout ce petit monde qui a l’air un peu pressé, et de pouvoir enfin profiter de la beauté des lieux, et du véritable “zen” du jardin.

Finalement, le jardin est très beau, à n’en pas douter, mais l’on regrette un peu la communication qui n’est plus en phase avec la réalité de la visite. Le Temple des Mousses est devenu, comme les autres temple de Kyoto, capitale des traditions, un autre lieu mangé par le tourisme et l’appât-du-gain, et qui a perdu son authenticité. C’est donc le rapport qualité-prix qui nous gêne, le prix qui est complètement en décalage avec l’offre, et donne l’idée fausse que la visite sera bien plus exceptionnelle que les autres. Un groupe d’une vingtaine de personnes, des explications sur la cérémonie, le temple et le jardin et nous aurions été tout à fait comblé.

Au final, pour 200 Yen (moins de 2€), on vous suggère plutôt de vous rendre au Jardin Botanique au nord de la ville, bien plus vaste, une quantité pharamineuse d’espèces de plantes (dont des mousses), un joli espace japonais, et des bonsaïs qu’on a adoré, et où vous pouvez définitivement passez une très belle et longue après-midi, voir même pic-niquer !

Je vous laisse tout de même découvrir les photos de notre visite qui fut très agréable malgré tout (il est important de le préciser) :

 

 

 

.

 

Après ce premier tour de jardin, il nous reste 20 minutes pour refaire un second tour, vraiment seuls cette fois. Le soleil s’est levé, je décide de changer mon objectif 35mm pour mon fidèle grand angle afin de faire quelques photos des espaces.

Ça vous a plu ? Partagez l'article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *