Mini-trek : Ascension des Grands Moulins depuis Val Pelouse

La grandeur de Belledonne à portée de tous depuis Val Pelouse. Les Grands Moulins en objectif de la journée, puis nuitée dans un cirque magnifique.
Voir le topo interactif

Alors que nous avions prévu un trek de 4 jours, la météo orageuse nous a fait déchanter. Toutefois, nous repérons sur les prévisions météo une éclaircie du lundi matin au mardi midi : les sacs sont prêts, je trace rapidement un itinéraire sur la carte, et nous partons avec 6 copains direction Val Pelouse ! Certains sont débutants, pas de soucis, nous commençons dès 10h afin d’effectuer nos 1000m de dénivelés sur 8km, tout en douceur 🙂

Jour 1 : Val Pelouse, les Grands Moulins, la pointe de la Frèche et le Col d’Arpingon

Au départ de Val Pelouse

Nous avions déjà effectué une partie de cette randonnée en hiver jusqu’au Col de la Frèche (oups, encore un article qu’il me reste à écrire !), nous savions donc que le départ est assez plat. Ce que nous ne savions pas, c’est que la suite est bien plus raide !

Dès le départ, la vue est magnifique. Le chemin sera officiellement qualifié de « bucolique » après une concertation de groupe.
Juste après le refuge de la Perrière, le chemin commence à se corser.

Après deux heures de marche (incluant de belles pauses), nous entamons la montée des Grands Moulins et prenons notre repas dans un pierrier. Voyant la pente raide et sachant que nous allions faire un aller-retour, certains préfèrent cacher leur sac dans le pierrier afin de le récupérer au retour. 10 kilos de moins sur 400m de dénivelé, ce n’est pas négligeable (apparemment remettre le sac sur le dos par la suite fut difficile).

Les anémones bordant le chemin sont magnifiques
Pause repas dans le pierrier
Pako trouve sa place dans un creux, à côté des mangeurs de sandwich (pas bête la bête)
Arrivée sur la crête, la Maurienne se dévoile

La montée des Grands Moulins est impressionnante. Chaque fois que je me retourne, une impression de grandeur m’envahit, nous sommes si petits sur cette crête ! La pente derrière nous donnerai presque le vertige 🙂

Une heure et demi plus tard, nous arrivons en haut. Deux copines en avance se sont arrêtés juste avant le sommet, elles profitent du calme et de la vue (paraitrait-il qu’elles avaient « la flemme d’aller jusqu’au sommet »). Nous les convainquons de venir jusqu’au sommet. Mais pour ça, il va falloir traverser un pierrier immense.

La question nous passe tous par la tête : Mais comment tous ces rochers se sont-ils entassés ici, au sommet de la montagne ?! La théorie de l’érosion nous parait la plus logique, mais nous gardons l’esprit ouvert face aux autres théories du type « C’est peut-être le vent qui fait remonter les cailloux ? », sait-on jamais !

D’en haut, nous pouvons admirer le chemin parcouru ce matin à travers la belle pelouse de Val Pelouse. Tout autour, nous apercevons Chambéry dans la vallée, les massifs des Bauges, de Chartreuse, de Belledonne, et une grande partie des massifs de la Maurienne. Le Mont Blanc est normalement visible, mais les nuages nous cachent la vue !

Après une pause bien méritée, nous redescendons par le même itinéraire chercher les sacs.

On est sur un angle de 40° non ? Photo à l’appui
‘Y sont beaux n’est-ce pas ?
Un col en contrebas qui donne envie.

Une fois de retour à l’embranchement, nous partons direction la pointe de la Frèche puis le col d’Arpingon. La pente est encore raide, et les montées-descentes qui suivent deviennent difficiles psychologiquement. Mais le groupe tient bon !

Depuis la pointe de la Frèche. Au centre le chemin des Grands Moulins, et à sa droite le Col de la Frèche.

Nous ne voyons pas encore notre lieu de bivouac qui se trouve dans un cirque sous le col d’Arpingon où j’avais repéré sur la carte un petit lac sans nom. Arrivé au col, nous avons la surprise de voir deux petits lacs au soleil, parfaitement déneigés, entourés d’étendues d’herbe plates. Bref, l’endroit parfait.

L’ombre de la montagne nous recouvre assez vite, nous nous éloignons un peu pour manger au soleil, et puis au dodo !

Jour 2 : Du Col d’Arpingon à Val Pelouse

5h45, la lumière commence à pénétrer dans la tente, je décide de sortir pour profiter du lever de soleil, et observer les animaux sauvages. Camille me suit. Nous remarquons un rocher surélevé pour profiter des premières lueurs, et nous nous y rendons, avec nos jumelles et un livre pour Camille.

Les tentes paraissent toutes petites d’ici ! (à gauche de la photo)

Nous verrons un chamois, que j’essaye de prendre en photo au travers des jumelles, pas facile ! Il traverse le cirque, tranquillement, d’un bout à l’autre. Nous entendons les cris d’un rapace et d’une marmotte lorsqu’il s’approche un peu trop près de leurs nids respectifs.

La photo combo jumelles / téléphone, pas facile.

Nous rejoignons ensuite les tentes une fois que le soleil tape directement dessus. Nos amis se réveillent doucement. Le soir d’avant, nous avions trouvé un coin très sympa pour le petit déjeuner, avec de grandes pierres plates, le long d’un petit cours d’eau. Nous l’appellerons la cuisine.

La cuisine

Nous repartons en faisant attention de ne laisser aucune trace, la règle d’or du bivouac 😉
Le retour se fait par le même itinéraire, mais cette fois nous n’avons « que » 200 mètres de dénivelé positif.

Le retour se fait tranquillement, nous arrivons à midi aux voitures, pile quand les nuages commencent à nous ensevelir. La pluie arrivera 5 minutes après, un timing impeccable. Dernière étape incontournable : le restaurant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *