La face cachée de la Dent de Crolles depuis Perquelin

Magnifique randonnée entre forêts, grottes, falaises et panoramas. Découvrez la Dent de Crolles sous un autre angle !

Une belle journée d’été, direction les Hauts de Chartreuse. Nous suivons un topo très peu détaillé, indiquant 6h30 jusqu’à l’Aulp du Seuil depuis Perquelin. Nous savons très bien que nous allons mettre bien plus longtemps, nous nous préparons mentalement à raccourcir l’itinéraire 😉

En passant par Saint-Pierre en Chartreuse, nous arrivons au hameau de Perquelin. À son bout, un chemin carrossable nous dépose sur un petit parking pour les randonneurs.

Nous partons chargés, un bivouac était prévu au départ… au départ 😉

Source du Guiers

La randonnée démarre par une montée douce sur ce même chemin, profitez-en pour vous échauffer, c’est parti pour 1000 m de dénivelé positif !

Très vite, nous arrivons à une intersection, un panneau indique la Source du Guiers vers laquelle nous nous dirigeons. Nous pénétrons dans la forêt, la montée débute.

Des amadouviers (champignons) sur un arbre mort, si vous observez bien, vous les remarquerez souvent en forêt (ils s’installent sur les arbres faibles ou morts). Non comestible, sa partie intérieure duveteuse est cependant très inflammable et peut servir d’allume-feu pour les aventuriers !

Sur le chemin, un premier cours d’eau se fait entendre sur notre gauche, il s’agit d’une cascade provenant directement de la Fontaine Noire. Quelques minutes plus tard, nous croisons une autre petite cascade. La carte m’indique que la Cascade du Guiers est en aval, nous ne l’avons pas croisée, ce sera pour une prochaine fois !

La Cascadounette du Guiers pour le coup !

Nous rebroussons chemin sur quelques mètres afin de reprendre le chemin direction la Source du Guiers (20 minutes)

La Source du Guiers est immanquable, à votre arrivée, des panneaux d’avertissement mettent en garde les curieux qui s’aventurent ici l’hiver ou lors des crues. Des marches métalliques sont disposées sur le cours d’eau pour le traverser.

Sur votre gauche, en haut de ce cours d’eau se trouve la Source du Guiers, une des nombreuses entrées dans l’immense réseau souterrain de la Dent de Crolles. À l’approche de celle-ci, l’air se refroidit instantanément, nous frissonnons. Nous explorons quelques instant cette curiosité, et nous ressortons refroidi pour attaquer la suite.

À partir d’ici, le chemin n’est plus entretenu et nécessite toute votre vigilance. Ne partez pas en montagne sans préparation et équipement adéquat.

Le Trou du Glaz

On poursuivons notre chemin, prochaine étape le Trou du Glaz (dans 370 m de dénivelé tout de même). Et ça monte dur ! Nous longeons la falaise tout du long, d’abord en forêt, puis la vue se dégage sur les montagnes environnantes.

J’avais prévenu, ça monte dur !

À mi-parcours, nous nous arrêtons pour pic-niquer et ainsi alléger nos sacs, c’est toujours ça de gagné ! Le chemin commence à s’aplanir, nous longeons maintenant de grandes étendues d’herbes, mais il est toujours préférable de regarder ses pieds !

On a trouvé une base secrète dans la falaise. Pas un mot hein !

Nous arrivons à une intersection (photo ci-dessous) où les deux chemins visibles sont “barrés” par des tas de pierres, comme si quelqu’un nous prévenait qu’il ne s’agissait pas du bon chemin… C’est fort regrettable après tout ce chemin que nous avons gravi ! J’essaie d’aller voir, et effectivement, le vide nous attend au bout des chemins. Nous regardons autour de nous et remarquons qu’il est possible d’escalader la roche sur quelques mètres à notre gauche.

Le chemin barré. La falaise nous attend juste après les sapins

Il va falloir utiliser les mains (attention la racine qui pend n’est pas du tout solide)

Nous avons retrouvé le chemin, c’était bien par là !

Très vite, nous arrivons sur un autre chemin barré de pierre, mais cette fois-ci, nous sommes arrivés sur le GR ! Le tas avertit les randonneurs que le chemin d’où nous venons n’est pas le bon.

À ce niveau, vous trouverez sur votre gauche la suite de la randonnée, un câble est installé dans la falaise pour se hisser à travers la roche. Mais n’y allez pas de suite, le Trou du Glaz (renommé Trou du Glaglaz par mes soins) se trouve à 100 mètres droit devant !

Le même souffle froid nous enveloppe lorsque nous approchons du Trou du Glaz

 

 

Une corde pend d’une cavité dans le plafond. Camille s’étonne qu’on puisse passer par là !

La Dent de Crolles par le Sangle de Barrère

Après avoir donné une bouteille d’eau à un couple déshydraté (au final, on a bien fait d’emmener 8 litres avec nous !), nous repartons, direction le câble que nous avons croisée en venant.

On sent que le câble a bien servi !

Nous approchons de deux fissures dans la falaises, que nous devons traverser !

La première, les mains dans les poches (figurativement hein) !

Pour la deuxième, nous avons dû enlever les sacs à dos pour passer en largeur !

Peu après, nous sortons du GR9 (croix blanche et rouge, point orange) pour rejoindre le sentier du Sangle de Barrère. Si vous continuez sur le GR, il vous dépose sur un immense plateau, un chemin un peu plus monotone, mais moins vertigineux 😉

C’est parti pour le sentier du Sangle de Barrère !

Encore un coup de la paréidolie !

Ce sentier offre une vue magnifique, et il n’est pas si vertigineux que ça !

Le ciel se charge malgré des prévisions météo au grand beau. C’est ici que nous hésitons pour le bivouac, en plus du fait qu’il est déjà 18h et que nous ne sommes pas encore arrivé en haut de la Dent de Crolles. Nous déciderons en haut… Et justement, nous y arrivons, en haut !

Les chocards à bec jaune piaillent et volent au sommet !

Nous arrivons au Pas de l’Œil, où nous rejoignons le sentier bien connu du Pré-qui-tue depuis le Col du Coq.

La croix de la Dent de Crolles

C’est l’heure de notre goûté bien mérité, ce qui a le don d’attirer les chocards. Mais que nenni, c’est notre goûté ! Pendant notre pause, j’en profite pour prendre des photos rigolotes et jouer avec les oiseaux.

Descente sur Perquelin

Je regarde la carte et notre topo, nous n’aurons sûrement pas le temps d’arriver avant la nuit (c’est quand même dommage de louper le coucher de soleil bien installé à côté de la tente !). Nous décidons de redescendre, nos frontales sont dans le sac au cas où. La carte indique un chemin en diagonale qui rejoint le GR, au niveau de la Cheminée du Paradis, allons-y.

Il est préférable d’avoir un GPS ou une carte sur cet itinéraire (et par extension, toujours), les chemins ne sont pas très bien tracés jusqu’au GR.

Après quelques zigzags et pauses hydratation, nous rejoignons le GR comme prévu, le chemin devient plus entretenu et surtout plus plat. Nous longeons les falaises jusqu’à notre prochaine étape.

Les rayons du soleil commencent à faiblir.

Après quelques dizaines de minutes et après avoir croisé un petit bouquetin, une drôle de falaise nous cache le soleil sur notre gauche, étonnant… Ce n’est pas sur la carte ça ! Après un coup d’œil au GPS, nous avons loupé le virage à gauche ! “Comment on a fait ça ? Y’avait aucun chemin !”

La réponse en image :

C’était ça, le chemin à prendre. Pas étonnant que nous soyons passé à côté !

Pour information, il se trouve en face de ces panneaux !

Nous revoilà sur le chemin qui descend, c’est la dernière ligne droite… enfin, façon de parler :

Cramponnez-vous jusqu’à la Fontaine Noire, c’est pas moins de 500 m de dénivelé négatif en zigzag qui vous attend, sans replat ! Et on rajoute 200 m jusqu’à la voiture.

Malgré tout, le paysage est magnifique avec le coucher du soleil, le chemin serpente d’abord entre deux falaises et entre ensuite dans la forêt. À ce moment là, nous sortons les frontales du sac, nous n’y échapperons pas !

La nuit tombe, plus un bruit. Seul le craquement des branches sous nos pieds résonne dans l’obscurité. Puis, une chouette chevêchette hullule au loin, un mulot s’enfonce dans son terrier à notre passage, les papillons de nuit tourbillonnent autour de nos lampes frontales. Nous avançons déterminés en regardant à nos pieds.

Vous les reconnaissez ? Nous les recroisons avec plaisirs en cette heure tardive !

Enfin, nous arrivons, il est 22h20.

 

 

 

Ça vous a plu ? Partagez l'article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *