Une semaine de camping sur l’île de Zamami

Du sable, de l'eau turquoise translucide, des poissons, des coraux, des tortues de mer, un tuba, un masque de plongé et une tente Quechua.

L’article d’aujourd’hui est un peu différent de d’habitude, et narre nos aventures d’une semaine sur l’île de Zamami à Okinawa, l’archipel au sud du Japon. Le plan de départ est simple :

Une fois arrivé à Naha, le chef-lieu de l’île d’Okinawa, nous y passerons deux nuits avant de prendre un ferry pour la petite île paradisiaque de Zamami où nous camperons quelques temps (entre une et trois semaines :’D).

En sortant de l’aéroport, c’est le choc thermique ! 35 degrés, 100% d’humidité, difficile de se déplacer avec nos 4 sacs + 1 qui contient notre matériel de camping flambant neuf. Nous qui avions habilement évité l’été humide et chaud japonais en nous rendant à Hokkaido, nous n’y échapperons pas ici :’)

Le premier jour, nous apprenons qu’un typhon, dont la saison est normalement quasi-terminée, va passer aux alentours d’Okinawa. D’abord rassuré que celui-ci ne s’approche pas trop, nous apprenons ensuite que les vagues de 5 mètres créées par son passage vont inexorablement retarder notre séjour sur l’île de Zamami, accessible uniquement en ferry. Ce seront donc finalement 5 jours que nous passerons à Naha…

La visite de cette ville et la découverte de l’histoire d’OkinawaLa visite de cette ville et la découverte de l’histoire d’Okinawa est disponible dans un second article. Place pour le moment à notre séjour au paradis 🙂

Camping sur l’île de Zamami

Nous arrivons sur l’île en fin de matinée. Le camping Ama Beach se situe à 15-20 minutes à pied du port et une navette circule entre les deux plages de l’île autorisées à la baignade, et le terminal du ferry.

Malgré nos bagages, nous y allons à pied.

Sur le chemin vers le camping, nous croisons cette statue d’un chien. L’histoire raconte que deux chiens “voisins” de l’île étaient inséparables. Un jour, le maître de la chienne déménage sur l’île voisine, à 3 km en bateau. Le maître du chien s’étonne alors de voir son chien partir le matin, et revenir le soir tout mouillé. Il décide de le suivre un jour, et découvre que son chien rejoint son amie à la nage tous les jours. En leurs mémoires les habitants ont érigé deux statues qui se regardent, une sur chaque île.

Le camping à Ama Beach

Nous arrivons au camping où très peu de tentes sont plantées à cause du typhon qui vient de passer. Il se rempliera petit à petit au fil des jours. Nous prenons un emplacement pour une semaine dans un premier temps. Le camping est très simple, douche “froide” uniquement, pas d’électricité (vous pouvez donner vos appareil à charger à l’accueil pendant la journée) et un terrain ombragé abrité du vent pour planter sa tente.

Niveau nourriture, les seuls magasins se situent au centre-ville à 20 minutes à pied, préparez donc vos vivres à l’avance, et prenez garde de cacher tout sac dans votre tente, les corbeaux règnent ici et n’hésitent pas à sauter sur tout ceux qui trainent pour les déchiqueter. Les moustiques et les cafards sont également de la partie la nuit, gardez bien les moustiquaires fermées et tout ira bien 😉

Mais place aux choses sérieuses, la plage ! Celle-ci se trouve à 20 mètres seulement.

Les bernard l’hermite sont légions et assez rigolo à regarder.

Tous les soirs, c’est repas sur la plage devant le coucher de soleil

Notre voisin de plage, fidèle à son poste pendant nos diners sur la plage 😉

Mais le meilleur moment reste le matin, quand personne n’est encore sur la plage (sauf quelques campeurs) et que les tortues de mer nagent et mangent à quelques mètres dans l’eau, nous pouvons alors nager avec elles et les observer tranquillement.

Désolé pour le flou, c’est dû au boitier étanche de notre Gopro première génération, sûrement conçu à la base pour la pluie ou les sports de neige.

Les tortues ont l’air habituées et continuent leur repas malgré la présence de nageurs. Il est bien sûr interdit de les toucher.

Nager au dessus des coraux avec les poissons

Une des activités phares de Zamami est la plongée sous-marine et le snorkeling (masque et tuba). Nous avons opté pour la seconde option, plus économique. Ici les coraux sont protégés et sont observables très facilement dans les deux zones de baignade autorisées à Ama beach et Furuzamami beach. Cette dernière est conseillée pour profiter à fond du snorkeling, l’eau étant bien plus profonde, les coraux et les poissons sont bien plus nombreux.

Arrivée paradisiaque sur la plage Furuzamami…

Le truc à pas faire : Le snorkeling sans t-shirt ! Sauf si vous voulez brûler du dos 😉

Les photos non floues sont offertes par notre monitrice de kayak/snorkeling 🙂

Visiter des îles inhabitées en kayak

Le kayak est également très rependu sur l’île, et de nombreux accompagnateurs proposent leurs services pour des séances en petit groupe ! Nous avons choisi Noah pour leur activité kayak + snorkeling, et nous vous les recommandons ! Notre monitrice était passionnée et super sympa, elle est d’abord venue nous chercher au camping, et c’est parti pour le kayak !

L’objectif se trouve derrière nous 😉

Une fois arrivé après une balade sur l’eau tranquille et superbe, nous avons eu le droit à une petite visite de l’île, et puis ce fut le temps l’activité snorkeling en mer, dans une zone encore plus préservée qu’à Furuzamami beach, un bonheur !

Une superbe expérience, c’est la première fois que nous faisions du snorkeling, et c’était exceptionnel de nager avec les poissons, qui sont souvent curieux, et viennent parfois vous picorer, dans un lieu préservé et dans une eau translucide.

Se balader et profiter du paysage

L’île offre également de beaux paysages, et la plupart sont accessibles par la route. Malheureusement peu de chemins sont disponibles, il faut marcher sur la route. De nombreuses personnes louent des scooters à l’heure ou à la journée pour visiter tous les points de vue.

Un panorama spécial “coucher de soleil” est accessible depuis le camping en 20 minutes, il faut grimper (en tongs) mais ça vaut le coup !

 

Nous décidons au final de ne rester qu’une semaine, cependant après six jours, nous apprenons au matin qu’un second typhon est à l’approche, et qu’il vaut mieux partir aujourd’hui si nous voulons avoir un bateau de retour… Le ferry étant à 16h, nous profitons quand même du dernier jour en allant voir les poissons à Furuzamami (40 minutes de marche) une dernière fois, d’aller dans un super restaurant local, et de replier notre tente tranquillement. Une dame nous voyant marcher au bord de la route avec nos 5 sacs nous récupère et nous dépose au terminal, parfait 🙂

 

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *