Bivouac sur le plateau des lacs, face au Taillefer

Une randonnée magnifique et accessible aux familles ! Bivouac facultatif mais conseillé pour profiter au maximum de ce lieu magique.

Premier bivouac de l’été et pas des moindres ! Nous partons le matin avec les collègues de Camille, qui ont prévu cette randonnée que nous avons décidé de rallonger en bivouac à deux. Le programme n’est pas bien défini, nous allons improviser un itinéraire et trouver un lieu reculé et calme pour bivouaquer (comme à notre habitude)

Jour 1 : Lac Fourchu, vagabondage dans la tourbière et bivouac face au Taillefer

Le départ est donné à 10h30 au joli Lac du Poursollet, le ciel est au grand bleu, mais la fraicheur nous assaillit à l’arrivée sur le parking, quel contraste avec la chaleur de la vallée !

Petit clin d’œil à la “métropole apaisée” Grenobloise ? 😉

Le Lac du Poursollet est un endroit paisible, une buvette est installée, sûrement peuplé de randonneurs en fin de journée. Nous observons les alentours quelques secondes seulement, notre groupe part comme une flèche, pas le temps de tergiverser, suivons-les !

Le seul panneau “Lac Fourchu” que vous verrez, les panneaux officiels indiquent “Plateau des Lacs”

Nous décidons de garder notre rythme et de se laisser le temps de quelques photos. Dès le premier kilomètre, après avoir traversé clairière, nous arrivons à un premier névé, attention de pas glisser !

Le paysage sur Belledonne et le Vercors derrière nous s’embellit à chaque pas, et Camille ne pourra s’empêcher de s’exclamer tous les 50 mètres pour dire la beauté du lieu.

 

Après 1h15 de marche, nous arrivons sur le Plateau des Lacs. Le Taillefer et sa voisine la Pyramide nous surplombent à notre droite, et le Lac fourchu apparait devant nous.
Nous décidons de continuer un peu plus loin afin de mieux profiter de la vue.

Nous apercevons d’autres lacs plus loin, le groupe se met en marche, nous allons trouver un endroit pour le pic-nique !

Le Lac Noir à gauche et le Lac de l’Agneau à droite

Après avoir dépassé les lacs, au bord du torrent qui en débouche, nous avons vue sur le bassin de l’Oisans, notamment sur la Meije (qui est encore emmeijé :>).
L’herbe verte pour s’allonger, la vue pour profiter, le cours d’eau pour se rafraîchir les pieds, ce sera parfait pour manger (et faire la sieste) !

Repu et reposé, nous repartons. Direction le Pas de l’Envious qui permet à notre groupe de rejoindre les Chalets de la Barrière et de rentrer au parking du Poursollet.

Sur le chemin, avant d’arriver à la Valette, un ruisseau s’écoule. Carte IGN en main, nous quittons notre groupe pour nous diriger au nord-est en longeant ce ruisseau, afin de rejoindre le Lac du Petit Pré, et le Lac du Grand Pré ! Aucun chemin n’existe pour s’y rendre sur notre carte (qui est très confuse au niveau des lacs), nous décidons tout de même de tenter notre chance, en espérant en trouver un, en faisant bien attention où nous mettons les pieds.

Pas de chemin sur cet itinéraire, nous marchons sur la tourbe. Camille me rappelle à chaque fleur que nous croisons de faire attention à ne pas l’écraser !

Nous croisons la Bergerie du Grand Galbert, qui ressemble plus à un chalet hanté, nous continuons direction le refuge du Taillefer pour rejoindre ce que nous pensons être un chemin, ce qui se révèle être faux. Il n’y a décidément pas de chemin dans cette zone ? Si vous en connaissez un, nous sommes preneurs ! Attention au brouillard qui peu vite envieillir cet endroit, vous y laissant complètement perdus ! Quelques nuages arrivant un peu vite nous rappelle cette course contre-la-montre en Chartreuse pour rejoindre le refuge d’Hurtières. Nous découvrons cependant de nombreux coins sympas pour bivouaquer, dont celui où nous plantons finalement la tente avant de faire un peu de thé bien chaud au réchaud !

Le refuge du Taillefer avec sa yourte, vue du dessus.

Après avoir lu quelques pages d’un bon livre face au Taillefer, et écrit quelques lignes en prévision de cet article, il est déjà l’heure de faire cuire notre couscous préparé la veille avec amour (la recette, que je conseille, est sur le blog de Quechua) sans oublier de préparer mon trépied pour le timelapse de demain matin ! Le vent se rafraîchit, et la tente devient un petit refuge de plus en plus agréable, d’où nous gardons un œil sur ces lacs et montagnes avant de nous endormir au fond de nos duvets.

Jour 2 : Randonnée contemplative sur le plateau des Lacs et retour par les Chalets de la Barrière

Camille reste au chaud dans son duvet, je m’active pour mettre en place l’appareil photo, et faire bouillir l’eau du thé. Le soleil se lève timidement derrière son voile de nuages, nous partons quelques minutes après, le temps de finir le timelapse.

C’est l’heure du lever au refuge

Au programme du jour, nous allons enfin retrouver un chemin en marchant en direction du Refuge du Taillefer, puis nous prévoyons de faire une boucle autour du Lac Fourchu en passant par les collines le surplombant, et ainsi rejoindre le chemin du Lac Canard qui plonge vers la Valette où nous avons quitté notre groupe hier.

Le vent froid nous refroidit les extrémités, nous enfilons une couche supplémentaire. L’éclairage du matin me permet d’avoir de beaux reflets sur les lacs pris en photos.

 

Le Lac Noir, qui porte bien son nom vu d’ici.

 

Il est déjà 11h lorsque nous arrivons au Lac Fourchu, nous avons pris notre temps. Les moustiques, inexistants le jour précédent, sont sortis en délégation ! Nous nous hâtons pour traverser les zones les plus bourdonnantes.

Le chemin nous mène ici. Un autre chemin contourne, mais vous nous connaissez…

On marche sur l’eau !

 

Les abords du lac sont bondés, de pécheurs par-ci, de familles par-là. D’ailleurs nous remarquons que plusieurs campements sauvages ont ramené du bois, malgré l’interdiction de faire du feu (et de faire du camping sauvage) :/ Nous ne sommes pas parfait avec notre balade en dehors des sentiers le jour précédent, mais je le souligne tout de même.

Enfin, nous arrivons en face de la Valette, il nous faut maintenant descendre. Le chemin peu utilisé descend en zigzag entre les rochers. Nous nous rendons compte en arrivant en bas que nous nous sommes trompés de chemin au niveau du Lac Canard, il fallait prendre l’itinéraire “Âne et rando” vers la gauche, qui proposait un chemin plus facile.

Depuis les Chalets de la Barrière (ci-dessus), un panneau indique le parking, le temps indiqué nous a semblé excessif (plus long que l’aller qui était en monté), mais il est juste. Cette fin de randonnée passe par un chemin carrossable en zigzag long, très long même lorsque notre esprit se voit déjà rejoindre la voiture. Les moustiques sont légions, nous empêchant de manger notre repas de midi. Pour résumer, préparez-vous mentalement pour cette fin de randonnée 🙂

Nous arrivons au parking et repartons direction l’Alpe du Grand Serre en contrebas, pour pic-niquer au frais sur une aire verdoyante.

 

Ça vous a plu ? Partagez l'article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *