Rebun, du cap Sukoton au cap Sukai

Randonnée sur l'île aux fleurs alpines, au vent et aux falaises abruptes

Après un petit-déjeuner japonais excellent dans notre hôtel, au poisson frais et tout plein de bonnes choses bien d’ici, un bus de l’île nous récupère au bord de la route, à l’endroit indiqué par notre hôte un peu plus tôt dans la matinée.

En plus d’être “oishi”, c’était “kawaii” ! Sur notre œuf était écrit “Boiled Egg” car nous sommes étrangers, les japonais avaient des œuf crus.

Direction le cap Sukoton, que nous avons longtemps considéré par erreur comme le point le plus au nord du Japon… C’est en réalité le cap Soya qui se trouve sur l’île d’Hokkaido qui le détrone. Mais cela restera en tout cas notre point le plus au nord à nous, nous ne serons jamais allé aussi haut dans ce pays ! :p

C’est presque le nord du Japon non ? Voir le topo interactif.

À notre arrivée, un air familier se fait sentir… un air irlandais ! Un ciel gris, du vent froid, des plaines verdoyantes, des falaises plongeant dans la mer… Tout y est !

En face de nous, une île exclusivement habitée par les phoques et les mouettes, bien loin d’imaginer des conflits territoriaux entre le Japon et la Russie. Des phoques, nous n’en verrons pas aujourd’hui, ce n’est plus vraiment “la saison”.

Notre itinéraire longe la côte vers le sud, puis remonte par les collines en direction de notre hôtel au nord-est. Nous longeons d’abord la route pendant dix minutes, histoire de se remémorer notre mésaventure au Connemara, puis nous nous engageons sur une petite route que seuls quelques bus touristiques et randonneurs empruntent.

  

Un petit parking annonce le départ du chemin en tant que tel, la pente est raide dans un premier temps mais le paysage est de plus en plus beau. Le chemin étroit zigzague dans les hautes herbes agitées par le vent, et nous nous émerveillons à chaque coup d’œil en arrière.

Malgré un temps gris, l’eau était d’un bleu éclatant.

L’île de Rebun est réputée pour ses fleurs sauvages et notamment alpines, qui ne poussent qu’ici au Japon. D’ailleurs, chose très japonaise, certains itinéraires de bus touristiques sont spécialement prévus pour admirer toutes les variétés les plus belles de l’île.

Une fois en haut, la vue de l’autre côté se dévoile, le vent souffle encore plus fort qu’il ne le faisait déjà. Nous trouvons une butte de terre pour nous en abriter et manger notre picotin.

La descente, un peu technique, se fait par un escalier tarabiscoté dont les marches manquent parfois à l’appel. Le vent nous pousse sur le côté, ce n’est pas le moment de trébucher.

Une fois en bas, le calme reprend. Le son du vent se dissipe et celui de la mer commence à se faire entendre.

Direction le prochain cap, en passant par un petit village de pêcheurs. Nous passons notre deuxième colline, la vue est toujours aussi belle, nous apercevons même au loin un autel et un torii au bord de l’eau.

Rapidement, notre chemin débouche sur un second village un peu plus animé, en effet un point de vue célèbre s’y trouve, le cap Sukai. Nous nous y arrêtons pour manger au restaurant et profiter de la vue.

Contrairement au reste de la randonnée, le cap Sukai est accessible en voiture et en bus !

 

La fameuse photo !

Nous voilà finalement sur le retour, notre hôtel est à une heure de marche environ. Malheureusement, cette partie se fera sur le trottoir d’une large route. Il s’agit pourtant de l’itinéraire officiel, indiqué sur les cartes touristiques. C’est une particularité un peu étonnante des randonnées japonaises, le bitume ne les dérange pas. D’ailleurs, certains chemins sont même goudronnés !

Arrivé au bord de l’eau, nous préférons marcher sur la plage jusqu’à notre destination. Les plages de Rebun ont la particularité étonnante d’être jonchées de coquillages troués, comme s’ils avait été percé pour en faire des colliers.

Il s’agit en réalité d’un escargot de mer qui les mange après avoir percé leurs coquilles. Nous en avons profité pour en récolter un sachet entier, ce qui fera d’excellents petits cadeaux-souvenirs !

Après avoir profité du coucher de soleil sur la plage, nous retournons à notre hôtel pour déguster un repas majestueux, on vous laisse admirer :

Sashimi, poisson grillé, gambas, poisson frit, petits légumes, oursins, nabe (“fondue” japonaise)… Je peux vous dire qu’on a roulé dans l’escalier jusqu’à notre chambre.

Ça vous a plu ? Partagez l'article 🙂

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *