Roadtrip à l’Est d’Hokkaido – Partie 1

[Partie 1/2] Découvrez avec nous les paysages multiples du nord du Japon, entre terre et mer, volcans et forêts...

Nous avons passé deux mois d’été mémorables à Hokkaido, rencontré tant de personnes attachantes et visité tant de superbes endroits. Habitués des voyages en train et bus locaux, nous avons fait une exception pour visiter l’Est de l’île, en louant une voiture pour 5 jours…

Jour 1 : D’Asahikawa au magnifique lac Saroma

Il est 10h à Asahikawa, une légère pluie se met à tomber. Nous saluons notre hôte de WWOOFing qui nous a gentiment accompagné et repartons avec notre véhicule de location. Notre itinéraire est vague, nous trouverons des lieux intéressants sur le chemin, l’avantage d’avoir une super copilote (et Google maps) ! Après deux ou trois (ou vingt-cinq) coups d’essuie-glace à la place du clignotant, conduite à gauche oblige, nous nous dirigeons tranquillement en direction du lac Saroma…

Les cascades Ryusei et Ginga

Nous ressortons la carte des lieux touristiques que nous avions préparé en France avant notre voyage. Par chance, les cascades Ryusei et Ginga se situent sur notre itinéraire. La route serpente le long d’une rivière entre deux montagnes. Il ne pleut plus, mais un brouillard recouvre les forêts alentours, donnant un aspect mystérieux et reposant à tout ce qui nous entoure. Nous arrivons, les cascades ne sont pas encore visibles depuis le parking, l’escalier menant à l’observatoire se situe derrière le magasin de souvenirs locaux.

Nous arrivons sur la plateforme d’observation, un nuage recouvre la vallée. Très vite, il s’éloigne et le soleil perce un peu, dégageant un peu les cascades.

“Mari et femme”, le surnom donné à ces cascades.

Un second escalier en mauvais état continue, nous décidons de l’emprunter pour accéder à un deuxième point de vue, qui offre une vue plus globale sur les chutes.

Observatoire du lac Saroma

Notre objectif de la journée, le lac Saroma. Situé au bord de la Mer d’Okhotsk, le lac offre une superbe vue sur l’horizon, le coucher de soleil y est magnifique.    

Nous y arrivons aux alentours de 17h.

Pour atteindre l’observatoire, notre GPS nous fait passer par un petit chemin en terre. Mais décidé, nous outrepassons un moment d’hésitation pour nous lancer. Et nous avons bien fait.

L’effet “Waouh” (“Uuuaaaaa” en Japonais)

Le soleil décline, les insectes sortent de leur cachette, un  véritable festin pour les martinets qui volent autour de nous. Nous profitons pleinement de ce beau coucher de soleil, et de ce premier coup de cœur de road-trip.

J’en profite pour enregistrer un timelapse, que voici :

Une fois le soleil bel et bien couché, nous redescendons par le second chemin, tout aussi étroit que le premier. Ce soir, comme tous les autres soirs de notre road-trip, nous dormirons dans la voiture ! Direction un parking désert au bord du lac.

Jour 2 : Les volcans du Parc national d’Atan

Le réveil se fait à l’aube, nous avons étonnement bien dormi sur les sièges avant de la voiture, légèrement rabattus en arrière.

La lumière est magnifique, nous traversons le camping un peu plus loin pour profiter du lever de soleil cette fois.

Je sais que vous l’avez aussi en tête, la musique…

Nous reprenons la route. Aujourd’hui nous redescendons un peu vers le Sud-Est pour visiter le Parc National d’Atan. Mais avant, un petit arrêt en bord de mer pour admirer les falaises du cap Notoro.

Notre technique du “point de vue improvisé” 🙂

 

Bihoro Pass et le lac Kussharo

Les routes à Hokkaido sont souvent de longues lignes droites, cependant le paysage est très varié, et sans monotonie. Tantôt de gigantesques champs de légumes, tantôt des montagnes, tantôt des forêts…

Nous nous approchons d’un col, le Bihoro Pass. Un gigantesque “Michi-no-Eki”, une aire de repos japonaise accueille les voyageurs. À l’instar des aires françaises, ces lieux ont la particularité de toujours vendre des produits régionaux, de servir également d’office du tourisme, et parfois, comme ici, d’offrir un panorama ou une expérience à vivre.

Quand à l’expérience… 

Tiens un fond vert… qu’est ce que je vais bien pouvoir faire avec ça…

Mont Iō et ses vapeurs de soufre

En redescendant direction le lac Mashu, des fumées jaunes nous interpellent. Le Mont Iō est accessible uniquement en voiture, le parking est payant. Nous avions prévu de ne pas y aller au départ, mais nous nous sommes fait avoir au Lac Mashu où le parking était également payant (mais on ne le voit qu’au dernier moment). Le ticket est valable pour les deux parking, nous y sommes donc retournés.

Lac Mashu, majestueux

Enfin, le Lac Mashu, le clou du spectacle ! Nous vous conseillons de vous garer au parking gratuit du “troisième observatoire”, où la vue est bien plus impressionnant qu’au parking payant. Ce lac repose au fond d’un immense cratère.

Après, le mont Rishiri vu depuis l’île de Rebun, les falaises du cap Notoro et leur reflet dans la mer, voilà encore un des plus beaux paysages que nous ayons vu à Hokkaido.

 

On vous met quand même la vue depuis le parking payant… parce-qu’on a payé hein !

Après tout ça, nous nous dirigeons vers le Nord-Est, la péninsule de Shiretoko et son Parc National, pour y passer la nuit. Nous en profitons d’abord pour nous arrêter au bord d’une jolie cascade.

Nous montons un col pour y passer la nuit au frais.

À suivre…

Ça vous a plu ? Partagez l'article 🙂

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *